J’ai testé pour toi : être jurée aux Vignerons indépendants

J’ai testé pour toi : être jurée aux Vignerons indépendants

Et j’ai adoré ça !

Depuis quelques années, je suis une fidèle cliente du grand salon des vignerons indépendants, qui a lieu tous les ans à Porte de Versailles. C’est immense, bruyant, et il vaut mieux être très organisé, pour être sure de découvrir ce que l’on aime. Mais j’y ai fait de très belles découvertes, des discussions très agréables avec des passionnés, et on repart toujours avec quelques bouteilles. Il y a deux ans, on s’est spécialisé dans le Corbière. L’année prochaine, on ira plutôt vers le bio je pense. Lire la suite

Le Galaxy note 3, retour d’expérience

samsung note 3Cela fait 3ans que je suis sur Android, et je ne le regrette absolument pas. J’ai comparé au quotidien la différence entre iOS et Android, et de nombreuses fonctionnalités absentes sur iOS me font préférer de très loin cet OS. Notamment :

  • la personnalisation à outrance du téléphone, soit en changeant de launcher (càd une appli qui modèle superficiellement le téléphone), soit en changeant de ROM (càd en modifiant en profondeur le téléphone, ce qui demande d’être super admin)
  • le bouton retour : je ne comprends toujours pas qu’Apple ne l’installe pas
  • la facilité pour fermer toutes les applis d’un coup
  • le grand choix de téléphones (et donc de tailles d’écran par ex)
  • le simple glissé-déposé pour envoyer toutes sortes de fichiers depuis l’ordinateur vers le téléphone (divx, mp3, epub…)
  • la qualité des appareils photos des différents terminaux
  • la possibilité de regarder des vidéos avec sous-titres (fichier srt)

Du coup, en novembre 2013, lorsque j’ai dû changer mon Galaxy S2 adoré, j’ai cherché un autre terminal chez Android, au format phablette impérativement. C’est-à-dire à mi-chemin entre un smartphone et une tablette. Après une longue, très longue étude de marché, lecture de comparatifs, la capacité de la batterie du Note 3 a été déterminante dans le choix de mon téléphone.

Après quelques mois, contrairement à Eamimi (par exemple), je suis un peu mitigée.

Lire la suite

Tu sais que tu ne travailles pas dans le privé quand…

  • Tu perds beaucoup trop de temps et d’énergie à faire les choses dans l’ordre « légal »
  • Tu apprends très vite à contourner toutes les règles
  • Il est beaucoup trop compliqué d’acheter un carnet de métro pour accueillir un groupe que de rembourser tous les tickets de manière individuelle
  • Pour prendre une mission pour un nouveau missionnaire, il te faut 1 formulaire + un RIB / pour le rembourser de ses frais, 1 autre formulaire + 1 RIB. Sachant que les deux RIB arrivent tous les deux dans le même service de… moins de 5 personnes
  • Si par malheur, un voyageur demande un remboursement a posteriori et qu’il n’est pas créé dans ton logiciel de gestion, tu passes carrément à trois formulaires + RIB
  • Il existe des marchés pour pratiquement tout (cartes de visite, ramettes de papier, hébergement, plateaux repas…) et que tu es heureuse lorsqu’il n’y a pas de marché (= obligation de passer par un prestataire exclusif, qui est supposé te faire faire des économies)
  • Il est particulièrement compliqué de prendre des billets low cost, compliqué au point de renoncer parfois souvent
  • Tu es obligé de prendre le train quand ta mission dure moins de 2 jours, même si cela coûte plus cher que l’avion.
  • Tu peux passer des commandes entre le 20 janvier et le 15 octobre, après, c’est la clôture des comptes, officiellement, tout est bloqué
  • On te refuse une « promotion » (un grade amélioré) parce que tu es trop compétente et trop qualifiée : « revenez l’année prochaine en nous présentant du travail correspondant à votre grade »
  • On te refuse un titre parce qu’il ne correspond pas à ton grade (alors que sur la fiche de paie, cela n’apparait même pas, et que cela ne coûte absolument rien à ton employeur)(si ce n’est de reconnaitre qu’il t’a recruté avec un grade sans la moindre adéquation avec tes diplômes)
  • Tu es dans l’impossibilité de passer le moindre concours dans ta boite pendant… 7/10 ans
  • Pour changer une ampoule, il te faut une habilitation « électricité »
  • Personne n’ose penser au gaspillage de papier lors de la circulation des courriers en interne (alors que tout coûterait tellement moins cher en scannant)

Évidemment, cela concerne un employeur d’une certaine importance, pas le petit entrepreneur « local »