Changer de matelas par internet

Avec de nombreuses exigences écologiques

Depuis quelques années, et plus encore avec la naissance de mes deux filles, ma fibre écolo se renforce de plus en plus. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours adopté certains gestes basiquement écolos (merci Astrapi !), et je me renseigne régulièrement sur les possibilités pour produire moins de déchets. Ainsi, j’essaie de favoriser l’occasion au maximum pour nos achats, et de revendre / donner / réparer quand c’est possible. Cela demande davantage de réflexion, mais c’est souvent plus intéressant.

Ainsi, lorsque le matelas du mari a commencé à être limite inutilisable (trous, affaissement…), je me suis demandée ce que j’allais prendre pour le remplacer. Toute la difficulté a été de trouver un produit :

  • naturel : sans produits issus de l’industrie chimique, ou en quantité la plus faible possible
  • écologique : cultivé dans le respect de la terre
  • équitable : si possible
  • moelleux
  • avec une face été / hiver

Et évidemment, pas trop cher, et avec la possibilité de le tester ou le renvoyer si cela n’allait pas.

Autant chercher un mouton à cinq pattes

J’ai commencé à m’intéresser au latex naturel après avoir lu un article sur la nocivité des produits chimiques dans les matelas pour enfants, en me disant qu’il n’y avait pas de raison que je dorme sur un matelas qui libérerait des particules plus ou moins toxiques. J’ai donc appris que l’appellation « Latex 100% naturelle » était forcément fausse :

Pour que le latex du matelas soit naturel, l’étiquette doit indiquer « Latex 100% naturel ». La simple mention « Latex naturel » indique que le latex utilisé pour fabriquer le matelas est un mélange de sève d’Hévéa et de mousse de polyuréthane. Il n’est donc pas « naturel ». Plus un latex contient un pourcentage important de sève d’hévéa et plus il est sain. Il n’est pas possible d’obtenir un latex constitué de 100% de sève d’Hévéa car il est nécessaire de rajouter des agents de vulcanisation pour que la sève récoltée se transforme en plaque ferme et élastique. Un latex 100% naturel peut contenir jusqu’à 15% de substances chimiques rajoutées ou résiduelles.

latexJ’ai donc cherché des matelas avec 85% de latex vraiment naturel, et je tombais alors systématiquement sur des sites proposant des produits bio, puisque la récolte de la sève d’hévéa semble être majoritairement bio. Mon dernier critère, le prix, a alors bien monté, en dépassant régulièrement les 1.000€ (pour un matelas en 160×200). Plusieurs marques sortaient du lot : Purana, Kippli, Biosense, Kadolis… et difficile de comparer les produits entre eux, puisqu’ils avaient souvent de grandes différences, ne serait-ce que par le nombre de certifications écologiques. Toutefois, en éliminant les matelas durs, cela limitait les recherches. En effet, contrairement à ce que l’on conseille la plupart du temps, mon dos a besoin d’un matelas moelleux, à très très moelleux. Quitter le matelas du mari fût une décision difficile à prendre, tant il était agréable de s’enfoncer dedans.

J’ai ensuite contacté plusieurs sites web, pour connaitre leur politique commerciale sur les essais de matelas. Quelle ne fût pas ma déception en apprenant qu’il était très rare de réussir à vraiment tester leurs produits, surtout pour des prix pareils. La plupart imposaient un retour à mes frais, de l’ordre de 50 à 100€, rien que pour tester le matelas. Seul le site Kippli nous permet de tester les matelas pendant 100 nuits, mais leurs certifications et la composition des matelas ne me permettait pas d’être sure d’avoir 85% de latex naturel.

Puis, j’ai trouvé le site Biosense, avec un magasin à Paris. Miracle ! Car la plupart des sites sont basés à Nantes (en Bretagne donc 😉 :p ) (celui-ci aussi). Le matelas testé, Summum, m’a semblé confortable, mais la taille de la boutique ne permet pas d’exposer tous leurs produits. Je suis donc allée dans un salon bio (avec une petite fille qui coure partout, c’est sportif, on n’était pas trop de deux pour la suivre), pour tester un autre matelas. Et leur demander leurs conditions tarifaires « salon ».

Après ce salon, nous hésitions donc entre deux matelas : Dormiente et Biosense, avec tout de mêmes plusieurs centaines d’euros d’écart. Avec le mari, nous avons finalement choisi Biosense, pour sa fabrication française. Nous l’avons reçu la semaine dernière, et en effet, le matelas est moelleux quand on y rentre, mais ferme quand on dort dessus. Cependant, mon dos accuse le coup : j’espère qu’il s’y habituera rapidement, car les réveils sont vraiment difficiles. Toutefois, grand point positif : je peux enfin redormir sur le ventre.

Alors oui, c’est cher, très cher, mais les matelas chimiques hauts de gamme sont souvent dans ces prix, alors je ne regrette pas cet investissement. Et j’espère que notre santé en bénéficiera !

Bref, rendez-vous dans 10 ans 😉

PS : article non sponsorisé, comme tout ce que j’écris ici.

Laisser un commentaire