Ecrire à ses enfants

J’aime écrire. D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours écrit : de petites histoires, des journaux intimes, des lettres, puis mon premier site internet, mon premier blog. Toutefois, malgré mes intensives lectures enfant, mon style littéraire est quasi inexistant, ce qui explique pourquoi je n’ai jamais cherché à devenir écrivaine, malgré ma grande imagination. Il parait que cela s’apprend. Peut-être. Tant pis.

Je continue à venir écrire ici, moins, car j’aime tenir un blog pour les échanges avec les lecteurs/trices, mais ils sont de moins en moins nombreux, alors, cela décourage un peu. Malgré tout, je continue pour combler ce besoin. Je ne tiens plus de journal intime manuscrit depuis l’invention des blogs, je regrette donc fortement d’avoir perdu mes plus anciens écrits, ceux des années 2000/2009.

Pourquoi ces journaux ?

Ecrire à ses enfants pendant de longues années
Aaron Burden

Pour me permettre de répondre à ce besoin d’écrire, et avec un stylo plume, pour retrouver le plaisir d’écrire sur du beau papier, j’ai décidé de tenir des journaux pas intimes pour mes filles. Ainsi, depuis avril 2017, j’ai commencé à écrire à Claude, et depuis mars 2019, à sa sœur Julie. Elles ont chacune leur carnet, dans lequel je note tout ce que je souhaite leur dire, mais que je crains d’oublier d’ici 25 ans. Je leur parle de leurs progrès, de leurs évolutions, de leurs changements, de moi aussi, pour leur expliquer d’où je viens, qui je suis, et pourquoi je suis une mère imparfaite.

Ce besoin s’est fait sentir quelques mois après la naissance de Claude, car j’ai réalisé que je regrettais fortement de ne pas avoir de témoignage de ma mère, pour comprendre par où elle était passée avec moi, comment elle avait essayé de me comprendre, et de m’aider, alors qu’au final, elle me comprenait si peu. Je pense uniquement à ma mère, car mon père n’aurait jamais pu écrire, dire tant de choses si personnelles. Cela demande un effort d’introspection dont il est incapable.

Je le fais aussi pour mes filles, pour qu’elles sachent à quel point je peux les aimer, mais qu’elles apprennent à mieux se connaitre, puisque tout se joue dans l’enfance. Peut-être auront-elles la chance d’être heureuses, bien dans leur peau, alors cela leur servira simplement de témoignage, plus détaillé que les albums et autres livres photos. Si ce n’est pas le cas, si malgré tous nos efforts, elles souffrent, se sentent mal, alors peut-être trouveront-elles là-dedans des clés pour se comprendre ? Nous comprendre. Je leur explique aussi notre cheminement parental, comment nous réfléchissons avec leur père sur notre accompagnement éducatif, pour en faire de futures femmes sures d’elles-mêmes, confiantes.

Ces deux carnets sont en fait une réponse de ma part à un besoin personnel non comblé : cela m’aurait tellement apporté, que je me suis dit que cela pourrait les aider dans leur construction de jeunes femmes. Je ne sais pas encore si je leur donnerai, ni quand, mais pas avant 20 ans. Il peut donc se passer encore beaucoup de choses, je pourrais peut-être abandonner ce projet au très long cours.

Qu’écris-je à mes filles ?

Je leur parle aussi de ce qui leur arrive, de ce qu’elles vivent : j’ai ainsi raconté à Claude le décès de son grand-père paternel, qu’elle a donc un peu connu, mais qu’elle aura oublié dans quelques années. J’aimais beaucoup mon beau-père, malgré sa verve, et je tenais à lui rappeler qui il était. Je lui ai raconté sa découverte de son éventuelle future école, son envie d’y rester dormir 😉

Pour Julie, encore toute bébé, je lui explique à quel point elle était désirée, comment elle nous comble, et la beauté de la relation entre nos deux filles. Je lui ai aussi raconté brièvement sa naissance, peut-être aura-t-elle envie / besoin de le savoir.

Ainsi, je pense raconter à Claude sa première semaine d’école, puis noter ce qu’elle nous racontera de ses apprentissages ; à Julie, ses découvertes avec son assistante maternelle. Puis, plus tard, toutes leurs expériences nouvelles. Ou tout ce qu’elles m’apporteront, nous apporterons avec son père. Je leur expliquerai aussi comment leur caractère évolue, et comment, comme parents, nous tentons de nous y adapter.

Pour l’instant, je ne leur parle pratiquement pas de leur père, cela pourrait être intéressant de leur « présenter » avec mes yeux.

A mes lectrices mères, avez-vous ressenti ce besoin de transmettre quelque chose tangible à vos enfants ?

Elizabeth

Blogueuse dinosaure, je tiens ce blog personnel depuis une dizaine d'années, pour parler de ma vie perso.

5 réflexions sur “ Ecrire à ses enfants ”

  • 10 mai 2019 à 10 h 19 min
    Permalink

    Je trouve ça vraiment super de laisser une trace écrite à ses enfants.
    Je suis certaine que tes mots résonneront en elles quand tes filles grandiront. Ça donnera lieu à de très beaux échanges sur vos souvenirs communs…

    Réponse
  • 11 mai 2019 à 17 h 22 min
    Permalink

    Très chouette article et très belle initiative…j’ai pour part part adopté la version 2.0 du carnet- c’est-à-dire que j’ai créé une adresse e-mail à chacune de mes filles, où je leur écrit de petits mails 2/3 fois par an, pour leurs anniversaires et à de grandes étapes de vie. Au final, de façon assez paradoxale je regrette de moins leur écrire depuis que j’écris sur mon blog, mais je compte bien perpétuer cette tradition au fil des années pour un jour leur donner les identifiants pour tout découvrir…pour moi ce passage d’expérience écrit est important et surtout très beau, même si j’espère pouvoir aussi leur parler librement en face à face. Les 2 se complètent!

    Réponse
    • 13 mai 2019 à 12 h 02 min
      Permalink

      Je crois que j’avais entendu parler de l’adresse mail, mais j’ai trop peur des évolutions technologiques, et de perdre ce qu’il y aurait dessus. Je peux aussi perdre mes deux carnets, mais j’en doute, car j’y fais très attention 😉
      Et l’écriture ne remplacera pas les discussions franches 😉 on est d’accord. Là, vu leurs âges, je ne peux pas encore leur parler, et je me disais qu’avoir des échos sur leur petite enfance pourrait leur plaire.

      Réponse
  • 11 mai 2019 à 20 h 45 min
    Permalink

    Je trouve l’idée absolument formidable. J’espère que tu réussiras à t’y tenir même si j’imagine que c’est chronophage. Tu as une cadence d’écriture ?

    Réponse
    • 13 mai 2019 à 12 h 04 min
      Permalink

      Merci pour ton commentaire. C’est un peu chronophage, même beaucoup, mais comme j’ai du temps au bureau… Je n’ai aucune cadence, j’écris quand j’en ai envie, ou quand je sens que telle ou telle situation pourrait être intéressante. Par exemple, j’ai écrit à Claude sur son grand-père, qu’elle aura connu 2.5ans, pour qu’elle sache qui il était.

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *