Point sur ma solitude

En quelques jours, il m’est arrivé plus de choses qu’en plusieurs mois de mariage !! Entre une super Sans Valentin, un petit passage en Écosse, de nombreuses questions et un WE qui s’annonce encore assez chargé, je ne sais plus trop où donner de la tête !

Remontons donc le cours des choses, en commençant par samedi dernier. Je suis donc allée voir « ce que veulent les hommes », avec quelques personnes et notamment mon amant (comme ça que je vais appeler celui que je nommais doudou avant, ça me parait plus justifié, et j’expliquerai pourquoi plus tard !), et j’ai plutôt bien aimé le film, sauf que je l’ai vu en VF, et ça m’a complètement déplu ! La doublure est très mal faite ! D’autant que pour certains acteurs, je ne suis pas habituée à leur voix française (Jennifer Aniston, qui n’a pas la même doublure que dans Friends !). L’histoire en elle-même est sympa, j’ai bien aimé le croisement d’autant de love story, l’attente perpétuelle du coup de fil du mec (me suis sentie concernée pour une fois) et Gigi est vraiment TRES craquante !! L’actrice qui m’a le plus remué aux tripes, c’était quand même Scarlett Johannson, diablement sexy dans ce film… rah, comment j’aurais bien aimé être à la place de son partenaire !!

Ensuite, comme quasi toujours avec mes sorties, on est allé prendre un pot avec les personnes qui étaient présentes, et j’ai fait la connaissance d’une très sympathique bibliothécaire, adorable, pleine de projets culturels (je vais aller voir la pré-vente Bergé samedi soir avec elle).

Une soirée dans le Marais

Après un passage éclair à la maison (pour cause d’oubli de CB !!), je me casse dans le Marais, là où je devais sortir pour la soirée, afin de passer un peu de temps seule, tranquillement à bouquiner, ce qui m’a fait beaucoup de bien. Je crois que je vais recommencer à aimer ces quelques moments de solitude, que je glanerai, de-ci de-là, pour réfléchir tranquillement à ce qu’il m’arrive, à savoir que faire, et à respirer, tout simplement !

J’arrive enfin au lieu de rendez-vous, et grâce aux nombreux commentaires échangés avant la soirée, les affinités se font très rapidement, et les langues se délient ! Il est probable que le rhum ait bien aidé aussi, j’ai été pompette assez rapidement, je le reconnais, mais c’était une carapace, histoire d’oublier que c’était la Saint Valentin, et que finalement, j’étais à moitié célibataire !

La soirée s’est très très bien passée, nous étions six filles, toutes bi, homo ou homo-questionning, et je me suis du coup sentie particulièrement à l’aise, parce que je pouvais être aussi tactile que j’aime l’être, que je pouvais à nouveau regarder des filles sans me cacher, et être en partie naturelle. Il y avait une fille qui avait un regard à tomber, je l’ai bien chauffé toute la soirée, à moitié sans arrière-pensée, à moitié parce que j’avais peur de rentrer seule à la maison. Cela peut paraitre très égoïste, mais j’ai très vite réalisé à quel point je redoutais cette Sans Valentin, et c’est pour ça que je me suis autant lâchée. Peut-être aussi parce que je suis plus à l’aise avec les femmes, je ne sais pas !

Le retour a été douloureux, car comme de temps en temps, j’ai terminé la soirée avec l’alcool très triste.

Dimanche matin, départ rapide pour l’Écosse (objet d’une prochaine note), et une belle gueule de bois !!!

Qui suis-je ? Où vais-je ? Où erre-je ?

J’ai passé les quelques jours en Écosse à me demander où j’allais, ce que je voulais faire, et comment je me sentais. Pourquoi ? Parce que ma relation avec mon doudou est très particulière, je suis assez paumée en fait. Je pensais avoir un petit copain pas sérieux, juste histoire de remonter en selle, et il s’agit plutôt d’un amant, et ça fait vraiment super bizarre. On s’est vu trois fois la semaine dernière, une fois où on s’est embrassé, la seconde fois où il m’a proposé de venir dormir chez lui (je suis donc partie en coup de tête, à 22h30 de chez Papa, la tête pleine d’interrogations), et vendredi soir pour un dîner avec des amis à lui, où on ne s’est même pas touché de la soirée. Autant sortir avec quelqu’un dont je ne suis pas amoureuse ça ne me gêne guère, mais quelqu’un d’aussi distant, et qui domine entièrement la relation, ça me perturbe. Et le pire, c’est que je ne sais pas si je suis capable de lui parler de cette gêne tellement ma relation est bizarre ! J’ai besoin de lui parce que sexuellement, je me bien avec lui (même si malgré toute son expérience, il a encore des trucs à apprendre sur les femmes !), mais en même temps, j’ai peur de me brûler les ailes avec une telle histoire ! Suis-je capable de me contenter de si peu ? Je le vois ce soir, entre 18h et 20h, et j’espère que ce ne sera pas chez lui, histoire de comprendre un peu mieux ce que je fais, et où il veut aller, et surtout comment il voit ce qui se passe. Je sais qu’il ne se passe rien, que je ne suis qu’une passade pour lui, mais c’est tellement nouveau pour moi que j’ai la tête pleine de questions !

Et il n’y a pas que les questions, il y a aussi le fait d’accepter l’idée d’avoir un amant, càd de passer pour une nympho, car oui, je sais que j’aime faire l’amour, je sais que j’ai des goûts parfois particuliers dans ce domaine, mais je ne peux m’en passer, c’est limite une drogue ! Et j’ai encore tellement de choses à apprendre sur mon corps, sur ce que j’aime, sur la manière dont je réagis à certains stimuli que rien que pour ça je ne veux pas le lâcher… En même temps, je me demande pourquoi on couche ensemble, vu mon côté débutante (oui, la première fois avec lui, je me suis pris une sacrée claque ! Huit ans avec le même homme, ça n’aide pas pour comprendre les hommes !), ça doit le lasser !

Bref, en ce moment, je me pose pleins de questions… et c’est pas près de s’arrêter !

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment