Bologne

Bologne le temps d’un weekend

Petite pause durant mon récit du voyage islandais, pour vous raconter mon petit weekend à Bologne, pour les 40 ans de M. Presque Parfait. D’où d’abord, petite explication sur le choix de cette ville italienne, pas assez connue. Le mari adore la gastronomie italienne, et s’il pouvait, il prendrait des pâtes 3 ou 4  fois par semaine, mais j’essaie d’éviter les féculents le soir. En me renseignant auprès d’une amie italienne sur la région où l’on mange le mieux, elle m’a conseillé Bologne, réputée pour toutes ses spécialités. En préparant le voyage, j’ai rapidement compris son conseil : deux surnoms émergeaient souvent, Bologne la docte, et Bologne la grasse.Et en effet, on y mange bien, très bien même ! Même si j’ai à peine goûté la spécialité locale, les tagliatelle al ragù ou à la crème de parmesan, j’ai adoré ma pizza quatre fromages, mes tortolleni à la mortadelle, ou toutes les glaces dévorées en trois jours.

L’architecture bolonaise

Bologne_8428_DxOBologne est une ville très agréable, très très vivante (le beau temps a dû jouer sur la foule dans les rues), et à taille humaine : tout le centre ville se parcourt facilement à pieds, même à 5 mois de grossesse. Elle a gardé son architecture si italienne, avec ses immeubles colorés, ses rues parfois très étroites, et surtout, surtout, ses 38 km d’arcades, merveilleuse invention qui permettent aux visiteurs de se promener sans craindre ni les coups de soleil, ni une chaleur trop forte. Elles sont de toutes les époques, simples, décorées, peintes, étroites ou larges, et présentes sous la quasi totalité des immeubles. L’origine de ces arcades serait dû à la rapide surpopulation estudiantine du moyen-âge, lorsque la ville ne pouvait plus accueillir tous ses étudiants, et cela aurait alors été un moyen pour les propriétaires de loger plus de monde, en gagnant une pièce sur la rue.

Bologne

due torri

On trouve aussi de nombreuses tours dans la ville, liées aux églises ou non, et les deux plus connues sont évidemment les « deux tours jumelles », ou due torri. Elles sont juste à côté de la Piazza Maggiore, dont la plus grande se visite, pour monter les ~500 marches avec une magnifique vue sur la ville (dit-on, je n’ai pas eu le courage de les monter). Les tours penchées seraient-elles une spécialité de la région ? 😉 Au XIIème siècle, deux riches familles, les Asinelli et les Garisenda, se défièrent pour ériger la plus élevée de ces vigies. Les premiers l’emportèrent, avec une tour de 97 mètres de haut. Les seconds, par manque d’argent, durent se contenter d’une « tourette » de 60 mètres, réduite par la suite à 48 mètres pour raison de sécurité : elle doit pencher autant que celle de Pise. 😉

La gastronomie à Bologne

L’Emilie Romagne est connue pour son parmesan, sa charcuterie, ses tortellini, son vinaigre… mais j’y ajouterai aussi ses glaces, comme partout en Italie. On s’est régalé à peu près à chaque repas, chaque goûter, sans pour autant faire tout ce que l’on souhaitait. J’aurais aimé inclure une visite gastronomique de la ville, avec une rencontre avec des fabricants de parmesan, mais je m’y suis prise un peu trop tard.

Pour l’anniversaire de M. Presque Parfait, je l’ai emmené dans un très beau restaurant, I Carracci, situé dans le Palais Fava (dont deux salles ont été décorées par les Carrache, à la fin du XVIème siècle) (artistes que j’avais étudié pendant deux ans à l’École du Louvre, en dessins anciens). Ce fût un dîner parfait, le maître d’hôtel parlait très bien français et a su me guider dans le choix du vin, un surprenant vin sicilien, tout en vérifiant que tout se passait bien. Petite anecdote : l’Italie est encore un pays très machiste, la carte des vins a spontanément été donnée au mari, sans que le maitre d’hôtel ne se pose la moindre question. Cependant, il ne s’est absolument pas formalisé que je fasse le choix, et lorsqu’il a voulu faire goûter le vin, il a eu un tout petit geste en direction du mari, tout de suite corrigé pour venir vers moi 😉 Tous nos plats étaient délicieux, ma simple entrée de tomates mozza m’a permis de découvrir un granité au basilic parfait, puis les tortollini à la mortadelle baignaient dans une délicieuse sauce au parmesan. Le mari a découvert les tortellini à la crème de parmesan, dont il est immédiatement tombé amoureux, et son tiramisu était présenté dans une sphère de chocolat. Le restaurant était particulièrement chic, alors je n’ai aucune photo des plats, mais vous en trouverez facilement sur Trip advisor.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mes adresses

Glacier : Cremeria Funivia. Les parfums sont variés, mais la qualité des produits est impressionnante. A voir les files d’attente qui ne désemplissent pas, on comprend qu’on est chez un excellent artisan.

Restaurants:

  • I Carracci, pour les amoureux qui souhaitent s’offrir un repas dans un endroit magnifique
  • Nicola’s pizzeria : la terrasse ne paie pas de mine, mais le choix des pizza cuites au feu de bois est impressionnant, et les serveuses étaient adorables. J’ai pris une quatre fromages, où l’on m’a demandé si je voulais de la mozza normale ou de bufflone. Toutes les saveurs étaient tellement équilibrées que malgré mon faible appétit, j’ai terminé l’immense pizza que l’on m’a apporté.

A faire : la montée des due torri, une visite dans l’ancien ghetto juif pour un peu de tranquillité, user et abuser des glaces dont les prix n’ont rien à voir avec ceux de Paris, rentrer dans toutes les églises possibles, profiter des nombreuses rues piétonnes le samedi / dimanche…

A éviter : l’hôtel I Guercino (trop loin du centre, petit déjeuner moyen, chambres surchauffées), l’office du tourisme (trop peu d’informations)…

Ce que j’aimerais faire la prochaine fois ? Suivre une visite guidée gastronomique de la ville, visiter la pinacothèque et le Palais Fava (les fresques des Carrache étant en partie masquées par une expo, je me suis dit que cela ne valait guère le coup), rayonner dans la région (jusqu’à Modène), repartir avec du vinaigre, aller au sanctuaire de la Madone de St Luc (bien en-dehors de la ville, mais sur les hauteurs), découvrir le grand parc de la Villa Spada

Je pense éditer mon article lorsque j’aurais récupéré des photos d’une amie.

Honnêtement, si vous en avez la possibilité, cela vaut vraiment le coup de partir trois jours pleins à Bologne, j’ai eu un véritable coup de cœur pour cette ville.

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment