surpoids

Et le corps dans tout ça ?

Je ne vous apprends rien en vous disant que la grossesse et l’accouchement modifient profondément le corps féminin. On dit aussi souvent qu’il faut 9 mois pour faire un enfant, et 9 mois pour que le corps s’en défasse. Du coup, comment mon corps mon choix a-t-il supporté toutes ces modifications ?

La prise de poids

Selon le personnel médical qui assure le suivi, les personnes initialement en surpoids comme moi, seront davantage pesées, surveillées, et on leur rappellera régulièrement de faire attention, d’éviter de prendre trop de kilos et de rester en-deça d’une certaine limite. Tout ça pour éviter que ces kilos ne restent ensuite, et que la personne n’arrive à s’en débarrasser, car la société actuelle prônant une minceur obligatoire, une personne en surpoids est forcément une inconsciente. Or, si on expliquait simplement qu’en évitant de prendre trop de poids, la fin de la grossesse serait moins douloureuse, le message passerait certainement mieux. Je n’ai pratiquement rien pris, et pourtant, j’avais bien mal aux genoux les deux derniers mois, alors je n’ose imaginer pour celles qui prennent beaucoup.

Pour couronner le tout, parce que la femme enceinte n’était pas assez culpabilisée, on explique maintenant que le surpoids de l’enfant peut être dû à une trop grande (ou trop faible) prise de poids de la femme durant sa grossesse.

Contrairement à ce que je pensais, je n’ai pas beaucoup grossi durant ma grossesse, merci les nausées du premier trimestre qui m’ont fait perdre 3kg, et m’ont ainsi permis de rester en-dessous de la sacro-sainte limite des 9kg. Je pouvais prendre un tout petit peu plus, on tolère maintenant une prise de poids de 7 à 10kg pour les personnes comme moi. Par conséquent, une semaine après l’accouchement, j’ai pu ranger les vêtements de grossesse, et ressortir / remettre tous mes vêtements normaux. Je peux aussi enfin remettre tous mes collants, qui me comprimaient le ventre au premier trimestre 😉

J’ai eu beaucoup de chance de prendre si peu (je n’ai d’ailleurs pas vraiment compris comment cela était possible), mon corps étant plutôt du genre à prendre 3kg en passant devant une boulangerie. Il ne me reste plus qu’à revenir à une alimentation classique, et limiter les gâteaux… contrairement à ce que j’ai pu faire ces derniers mois.

Le périnée

De crainte de subir une épisio, j’avais pris mon courage à deux mains, et je pratiquais consciencieusement un massage (épuisant) en juillet / août. Cela aura payé, puisqu’il était suffisamment musclé au moment de l’accouchement, et n’en aura pas trop souffert.

Comme je n’ai pas réussi à allaiter au sein, je ne subis plus d’hormones susceptibles de modifier ma libido, mais malgré tout, toute la zone du périnée était bien distendue par l’accouchement, et je ne ressentais rien du tout au moment de la pénétration vaginale. Le temps que tout refonctionne correctement à l’intérieur, je n’ai pas attendu les premières séances de ré-éducation, et j’ai commencé à reporter mes boules de geisha pendant quelques minutes, pendant quelques jours. Pour l’instant, ça fonctionne, et j’ai donc la chance de pouvoir reprendre une activité sexuelle aussi fréquente que possible.

Manque de chance, mes tétons sont redevenus aussi insensibles qu’avant… Cela reste quelque chose que je ne comprends pas : quel est l’intérêt d’avoir des tétons insensibles quand cela n’est pas vraiment nécessaires, et très / trop sensibles quand on doit allaiter ???

Les changements permanents

Cependant, même si j’ai retrouvé ma ligne, mon surpoids normal, l’aspect de la graisse sur mon ventre est très différent : avant, elle était dure, solide, et maintenant, j’ai un ventre très… mou. C’est difficile à expliquer, mais j’ai perdu toute ma fermeté. Curieusement, cela ne me gêne pas plus que ça.

Avec la grossesse, mes tétons, auparavant d’un rose digne d’une ado pré-pubère, sont passés à un marron de femme adulte, un marron très foncé. Je m’attendais à ce que leur couleur change, s’atténue, mais pour l’instant, ils restent de la même couleur. J’en suis ravie, je n’aimais guère leur aspect, que je trouvais trop enfantins.

Enfin, comme j’ai eu un accouchement simple, rapide et bien géré, mon corps n’en a absolument pas été traumatisé, l’accouchement ne m’a donc pratiquement pas fatigué, et j’ai pu m’en remettre particulièrement rapidement.

Et pour vous ? Avez-vous eu des effets secondaires de la grossesse, de l’accouchement dont vous vous seriez bien passée ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment