libertin

Etre libertin / libertine

Dans la vie, comme sur le blog, je parle de sexe assez librement, c’est un sujet qui me passionne, et m’intrigue : le plaisir humain est tellement vaste, varié et immense ! Régulièrement, je me demande pourquoi ne pas avoir fait sexologue…
Ainsi, une amie me demandait il y a quelques temps si je ne connaissais pas des lieux libertins, car elle songeait à pimenter sa vie avec son fiancé / mari (à l’heure qu’il est), et ma première pensée a été de me dire : « tiens, ça me tente légèrement moins qu’avant! ». En même temps, m’étant déjà brûlée les ailes une fois, je reste prudente. Finalement, les lieux libertins, je n’en connais guère, parce que je n’ai jamais eu « besoin » d’y aller (l’envie si, mais certains commentaires sur le net m’en dissuadaient régulièrement).

Elle et moi avons le même âge, et à quelques années d’écart, l’envie de pimenter notre vie sexuelle nous a traversé l’esprit. Je n’ai pas pu l’orienter tellement, à part lui conseiller de tenter le Secret Square, et je pensais à un resto où on peut avoir une petite pièce rien que pour soi, malheureusement, il a fermé. Le dernier conseil, et à mon avis le plus valable, si elle veut vraiment tenter de nouvelles expériences, c’est de faire du libertinage « en appartement » : tu passes plus de temps à « choisir » les personnes avec lesquelles tu veux tenter quelque chose, mais au moins, les femmes ne sont pas considérer comme de vulgaires fantasmes masculins, comme j’ai pu régulièrement le lire sur les commentaires de certaines boites échangistes.
Plus jeune, j’ai réalisé certains de mes fantasmes, il y en a encore un que je rêve de faire (HFH), mais M. Presque Parfait n’est pas tenté. Parfois, j’aimerais bien recommencer mes précédentes expériences, mais la peur de ma jalousie et de le perdre est tellement forte que ça m’en dissuade. Dommage, parce que s’il y a bien quelque chose qui me manque (et surtout, surtout l’été), c’est le corps féminin.
Bref, je m’égare. Être libertin, c’est avant tout une philosophie, qui pour qu’elle soit parfaitement vécue doit être totalement partagée par le couple. Étudiante, je pensais l’être, je pensais aussi être naturellement infidèle (forcément, du côté de mon père, les hommes sont très infidèles, à commencer par mon grand-père), et comme pour beaucoup de personnes, il a suffit de trouver LA bonne personne pour que cette crainte disparaisse.
Comme beaucoup, après m’être brûlée les ailes, je me suis calmée, mais parfois, je me dis que ma vie sexuelle avec mon cher & tendre est un peu trop sage, trop routinière, mais en même temps, je ne sais plus trop comment la pimenter ! Je ne peux aller dans un club de strip tease (avec des femmes // le corps des hommes ne m’attire pas), j’aurais trop peur que mon désir pour les femmes revienne encore plus brutalement ; je ne tiens pas à aller dans des clubs échangistes car je sais que ça ne nous plairait pas ; il reste éventuellement le « libertinage en appartement », càd les trios ou les parties carrées, mais pareil, comment réagirais-je face au corps d’une femme ? Saurais-je rester « calme » ou perdrais-je tous mes moyens ?
Il reste une chose que nous n’avons pas réussi à mettre en pratique : un SM soft, simplement parce que Monsieur est incapable de dominer totalement ! Too bad, c’est ce que je préfère ! 😉
A 23/24ans, j’étais légère et souvent égoïste, inquiète quant à mon éventuel « gène de l’infidélité », et à 31ans, je suis posée, calmée, presque comme la femme fidèle que je craignais de devenir !
Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait d’article aussi décousu… Tout ça pour dire que l’expérience, ça passe, mais ça laisse tout de même de supers souvenirs !
Ou pas.
Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment