mélodie du bonheur

I had a dream

Cette nuit, j’ai fait un rêve… qui m’a laissé profondément apaisée au réveil.

J’étais dans le métro, et soudainement, je suis tombée sur mon ex-copine (la fille pour laquelle mon ex-mari m’a quitté), et même si les premières secondes ont été difficiles parce que je n’étais pas préparée, puis j’ai discuté avec elle le plus tranquillement du monde, comme si je n’en voulais plus ni à l’un, ni à l’autre. Et c’est le sentiment que j’avais lorsque je me suis réveillée : l’impression que tout est terminé, que j’aurais vécu à fond ces deux histoires, et que je n’ai plus le moindre regret à avoir. Ça fait du bien de savoir que tout est enfin totalement derrière moi, que le deuil est enfin certainement totalement terminé, et que je peux vivre. Certes, ce que je vis avec mon copain aide certainement à avancer, car même si le travail doit venir de moi, je suis certaine que la cicatrisation se fait plus rapidement grâce à lui, au bonheur qu’on traverse, et à la certitude de savoir où je vais.

Une vraie plénitude

Bref, ce matin, je me sens apaisée, comme ça faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé. Je suis heureuse depuis plusieurs mois, presque depuis un an, et c’est une manière d’être heureuse que je ne connaissais pas avant : je le suis parce que je me sens plus en accord avec moi-même, doucement en paix. Je n’avais jamais connu ça avant, car lorsque je connaissais des moments de bonheur, ils étaient fugitifs, rapidement gâchés par mon mal-être latent. Je ne savais pas apprécier la vie comme je peux le faire maintenant : je devais voir le pot à moitié vide, alors que c’est tout le contraire maintenant.

J’ai eu la confirmation que je suis plus sereine, lorsque j’ai appris lundi matin que ma sœur est de nouveau enceinte. Pour son premier, l’annonce tombait vraiment au plus mauvais moment dans ma vie, et là, j’étais heureuse pour elle. Je me demande même si ce n’était pas la première fois de ma vie que j’arrivais à être heureuse pour elle. Certes, j’étais préparée, puisque je savais qu’ils y « travaillaient », mais je suis contente de savoir que ça a marché. La naissance est prévue pour fin novembre.

Dernière semi-bonne nouvelle, le Fonctionnaire est doucement plus expressif. Je lui ai demandé si ça le gênait que je vienne habiter chez lui avant qu’on ne trouve un appartement (si on n’a pas trouvé durant le mois de juin), et ça ne le gêne pas du tout. C’est marrant, parce qu’avant que je ne le lui demande, il ne parlait jamais de notre futur emménagement, alors que là, il me dit tout le temps « quand tu seras chez moi ; quand on vivra ensemble », comme si ça lui avait servi de déclic ! c’est donc hyper agréable !

Comment ça, je plane ? 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment