judo

J’ai testé pour toi… reprendre le sport!

Dans la rubrique j’ai testé pour toi, cher lecteur, hier, je me suis remise au judo. Après un arrêt de ce sport pendant près de 20ans maintenant (limite, c’est de dire ça qui fait plus mal que tous les coups que je me suis pris!).

Petite, ayant un côté bagarreur assez prononcé, et une force que je ne maitrisais absolument pas, ma mère s’est dit (fort justement) que le judo serait me conviendrait parfaitement. C’était le cas : j’étais la seule fille pour une petite vingtaine de garçons, et j’étais super contente ! A chaque fin d’année, il y avait une mini-compétition au Gymnase Club où j’étais, et il parait que c’était très drôle de me voir monter sur le tatami, prête à en découdre avec le mec que j’avais en face de moi… tout ça pour me prendre une belle raclée !!!! 😀

En arrivant en sixième, mes horaires n’étaient plus compatibles avec le club, et l’abandon du judo a donc été l’un des grands regrets de ma vie. C’est chose réparée (pfiou, encore un truc de réparé avant 30ans!) depuis hier soir, où j’ai repris mon premier cours de judo!

C’est un grand cours, on est près d’une trentaine, de tous les âges : ça va de l’adolescent tout maigre, au quinquagénaire. L’ambiance a l’air assez sympa, le prof est adorable, ainsi que les élèves de mon âge (ou plus âgés, curieusement, j’ai pas encore sympathisé avec les ados!). C’est pas tout près de la maison, dans le sens où c’est dans ma ville, mais à l’autre bout! Pas grave, la marche avant et après ne feront jamais de mal!

Certaines choses ont changé en 20ans, d’autres non. L’échauffement est toujours le même : tu cours en rond sur le tatami, tu fais des pas chassés, et autres assouplissements (dont des pompes… ouch). Et après, l’enfer commence.Parce qu’on a commencé par les combats au sol, en apprenant des passes, et là, j’ai un mal de chien à retenir les enchainements : tu tiens le col de ton adversaire, tu passes le bras quelque part, tu lui pousses la jambe, tu le fais passer au-dessus de toi, tu roules… Verdict : je n’ai aucune force, contrairement à ce que je pensais ! Parce qu’arriver à mettre mon adversaire au-dessus de moi en le faisant rouler, pas moyen, j’y arrive pas !!! En revanche, esquiver, ou l’empêcher de me bloquer, l’enchainement, je l’ai compris.

Et vient le meilleur / pire moment : le vrai combat. Où tu te mesures à une ceinture noire, qui fort gentiment t’apprend ce qu’il faut faire, ne pas faire.  J’ai affronté : une ceinture blanche, marron et noire. Et les difficultés sont donc allées crescendo! C’était pour moi la meilleure partie du cours, celle pour laquelle je viens: la bagarre! Car j’ai toujours aimé me bagarrer, je l’ai fait avec tous mes partenaires masculins, et là je me suis régalée! Me mesurer à un adversaire, utiliser ma force, puis plus tard, ma souplesse qui sera revenue, chercher ses failles… tout ce que je ne sais pas faire dans la vie ! Et en même temps, me dépenser pour le plaisir.

Le cours a duré 1h30, j’en suis ressortie en nage (pas de douches là-bas, dommage), et heureuse ! J’ai retrouvé un sport qui me plait, intense, physique et que je souhaiterais poursuivre encore quelques années !

Évidemment, je ne vous parle pas des courbatures, et autres contusions que j’ai depuis hier soir : j’ai l’impression de ne plus avoir de bassin !! Les bras, ça va encore…

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment