classique russe

La musique classique russe

Mon nouveau coup de cœur

Hier soir, grâce à mon abonnement « jeune » à l’Orchestre de Paris, je suis allée écouter un concert qui ne m’attirait pas franchement au départ, mais qui m’a totalement conquis. Normalement, j’y vais avec mon homme, mais comme il est en formation dans le sud, j’y suis allée avec une copine, et j’ai adoré ! Je pense ne pas être la seule !!! 😉 Le programme était très russe, puisque nous avions :

  • Anatole Liadov (le lac enchanté, poème symphonique)
  • Serge Prokofiev (concerto pour violon n°2 en sol mineur)
  • Igor Stravinski (Petrouchka, scènes burlesques en quatre tableaux, version originale de 1911)

Je ne connais pas du tout la musique russe, en dehors de quelques bribes du Sacre du printemps, et c’est la deuxième fois que j’en écoute des morceaux, et finalement, plus j’écoute, plus j’adore ça ! J’aime la folie qu’il y a dans certaines envolées, les discordances très rapides, leur rythme, et la facilité qu’on peut avoir à laisser vagabonder son imagination pour imaginer des scènes, types dessins animés!

Le concerto pour violon était interprété par Shaham, un violoniste génial : heureux d’être là, vivant complètement la musique en bougeant un peu partout, et surtout, tellement souriant ! Il était si généreux avec le public que nous avons eu trois rappels (très rare quand même), une gavotte de Bach, un morceau que je ne connaissais pas, et un passage des Quatre Saisons. Moi qui normalement n’aime pas le violon, c’était un moment magique… Au lieu des bravos, j’avais envie de crier « Merci » après son deuxième rappel. Le plus drôle pendant les rappels, c’est que juste derrière lui, il y avait un violoniste qui faisait la tête, mais une tête longue de trois kilomètres (au moins) : on aurait dit qu’il le détestait, ou qu’il se demandait quand cela allait se terminer! J’ai failli me piquer un fou-rire au troisième rappel !!! Le contraste entre la joie de vivre et la « gueule » du violoniste étaient très drôles ! Petrouchka, dans sa version pour orchestre (et non pour ballet) était juste génial ! Évidemment, cela impose un orchestre énorme, mais j’adore ! C’était vivant, le chef d’orchestre faisait parfois penser à la marionnette Petrouchka quand il dirigeait. Lui aussi était très généreux, car il a fait se lever chaque corps d’instrument les uns après les autres pour qu’ils reçoivent les applaudissements qui leur étaient dus. Et lorsqu’il est revenu, il s’est aperçu qu’il avait oublié la jeune pianiste et l’a fait se relever, limite en s’excusant! Maintenant, j’ai hâte de découvrir le ballet Petrouchka (moi qui déteste les ballets classiques)… m’en vais chercher une programmation !!!

Avant le concert, je suis allée acheter un calendrier de l’Avent de Jeff de Bruges (surprise pour l’homme), et surtout… une vraie balance qui fait IMC et tout et tout, parce que sinon, je ne vais jamais réussir mon régime ! Il faut que je rappelle ma généraliste d’amour, pour lui demander des conseils.

On a aussi testé un café près du marché Poncelet, Dada, au croisement rue Poncelet / avenue des Ternes : leur croque-Seguin était très bon, pas trop de sauce dans la salade verte, et un verre de Petit Chablis DE-LI-CIEUX !!! La déco est top aussi : à l’étage, le plafond est recouvert de cuir type canapé chesterfield.

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment