PACS émotion

La première non-demande

Je pense que je ne devrais jamais écrire sous le coup des émotions… on pourrait le regretter… Peut-être pas cette fois-ci.

Cette semaine, je suis seule, le Fonctionnaire est partie faire une formation d’anglais à Bordeaux, ce qui n’est finalement pas si désagréable que ça… je comprends ce que peuvent ressentir les célibataires endurcis lorsqu’ils se retrouvent seuls. Cette notion de liberté qu’on goûte de nouveau (et qui pourtant, ne manque pas lorsqu’on est à deux), cette impression qu’on peut se négliger un peu, ne pas se sentir obligé de faire la vaisselle en sortant de table, manger devant la télé, sans avoir mis la table… ce sont quelques libertés qu’on apprécie retrouver parce qu’on sait qu’elles ne vont pas durer. Oui, j’apprécie de pouvoir retrouver mes mauvaises habitudes de célibataire, qui mange à pas d’heures, qui fait pas le ménage quand il le faut, ou qui attend que l’évier déborde pour faire la vaisselle, parce que le programme à la télévision est plus intéressant.

La distance permet également des conversations intéressantes par téléphone. Comme celle que j’ai eu tout à l’heure avec l’homme, et dont je ne me remets pas totalement. En couple, comme de nombreuses filles, j’aime sonder la personne, pour savoir si on semble prendre le même chemin tous les deux, ce qui semble être le cas avec le Fonctionnaire. J’ai donc négligemment lancé au cours de discussions passées, des sujets aussi variés que : emménager ensemble, faire des gamins (pas tout de suite !), acheter un appart (on est d’accord pour louer avant d’acheter… quand même), se marier (quoique, là-dessus, on n’est pas forcément d’accord, j’y tiens, lui moins), acheter une bagnole (tiens, il vient enfin de peut-être changer d’avis, en se disant que vraiment, ça peut être utile parfois !). Et j’avais sorti une fois, sans que ce ne soit sérieux pour moi, qu’il faudrait peut-être se pacser rapidement (càd avant 2011) pour moins payer d’impôts en 2012. Oui, c’était à la légère que j’avais lancé ça… Et ça m’étais totalement sorti de la tête.

Jusqu’à ce que j’en parle, encore en plaisantait tout à l’heure au téléphone (en pensant à la bonne idée qu’a eu le gouvernement que de nous supprimer les trois déclarations lors de PACS/mariage). Et là, voilà t’y pas que l’homme me sort : « ah oui, faudrait faire ça avant 2011 » !!!

PARDON ?

Heu… tu permets, je reprends mon souffle !

PACS émueÉvidemment, ce n’est pas vraiment une vraie demande (je reste une fille au fond de moi, malgré tout), mais là, il va un peu plus vite que ma musique…  Non que je sois contre, c’est encore une fois la manière de me l’annoncer qui fait que je suis prise de court. Heureusement, j’ai la semaine pour réfléchir, et en discuter plus sérieusement vendredi soir avec lui.

Je ne sais même pas si je suis heureuse (enfin, oui, quand même), je suis tellement sous le choc.

Et oui, ça va très vite, mais en même temps, pas tellement, comme si on s’était trouvé, comme si tout cela était une évidence ! 😉

Je suis toute émotionnée en mon dedans là… Pfiou, il fait chaud subitement.

Oui, alors à quelques jours près, il y a deux ans, on m’a violemment quitté. Moins de deux ans après, on vient à moitié de me « demander en PACS ». Finalement, moi aussi je trouve que j’ai accompli beaucoup de choses en très peu de temps.

Bon, je crois que je vais aller boire un coup de Mirabelle pour m’en remettre de tout ça !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment