Lecture : La reine et la favorite

L’histoire a la bonne idée de commencer peu avant la naissance de Louis XV, afin que le lecteur comprenne bien (si cela était nécessaire) à quel point personne n’avait songé à le préparer à son futur métier. Il n’aurait pas dû monter sur le trône, parce qu’il y a été très mal préparé, mais surtout parce que son caractère était totalement incompatible avec la vision de la monarchie élaborée par son arrière-grand-père lorsqu’il était plus âgé.

Parmi les nombreuses anecdotes relevées par Simone Bertière, nous apprenons à quel point Louis XV aurait pu être davantage de son temps, si une éducation trop dévote n’avait pas tout gaché. Ainsi, c’était un vrai passionné de géographie (comme Louis XVI), de mathématiques, de physiques et il était fasciné par toutes les machines qui voyaient le jour. C’était un vrai scientifique : il n’aimera jamais les écrivains, et contrairement à la Pompadour, se méfiera toujours d’eux. Son grand malheur est peut-être d’un un peu trop de son temps, car son goût pour une vie bourgeoise, dans de petits appartements n’était pas compatible avec son métier de roi, et cette vie secrète, partagée avec quelques très très rares happy few est l’une des causes de son nouveau surnom : le Bien Haï.

Comme ses prédécesseurs, Louis XV se marie jeune, très jeune, et la nouvelle venue, fille d’un roi sans royaume sera au départ méprisée, car ce mariage semble, aux yeux de nombreux contemporains comme une mésalliance. Malheureusement, les princesses du même rang que le roi étaient fort rares à ce moment-là, et le plus important était surtout de s’assurer que la future femme serait fertile : le choix s’est portée sur Marie Leszczynska parce que sa mère avait déjà eu une dizaine d’enfants, et que tout le monde le sait, la fertilité est héréditaire !!!! Du moins, en était-on persuadé à l’époque !

Le contraste entre cette femme douce, soumise et fort dévote, face à un mari plus libre, plus moderne est la cause de l’échec de leur mariage. À travers la reine, l’auteur nous racontera alors toutes les péripéties, toutes les tentatives de la nombreuse famille royale pour ramener Louis XV dans la Religion (il a rapidement arrêté de communier après le début de sa relation avec la Pompadour), et pour faire revenir le parti dévot au centre de la vie politique. Malheureusement, ce sera un échec, et nous comprendrons de manière très claire comment se clôt la longue querelle entre Jansénistes & Jésuites, entamée plus d’un siècle auparavant. Cet important passage de la politique intérieur de Louis XV m’a beaucoup intéressé, d’autant que les querelles d’influences, et leur conséquence sur l’Histoire sont très clairement racontées.

En mars 1745, la liaison entre le roi et la Marquise de Pompadour débute, fort discrètement, puis elle est rapidement présentée à la cour. Il a 35 ans et elle 24, et leur amour/amitié durera jusqu’à la mort de celle-ci : elle avait su se rendre totalement indispensable à un roi qui ne sait modifier ses habitudes.

Simone Bertière nous relate de manière très précise et très claire combien cette liaison a choqué les contemporains : partie de rien, sans particule, cette Jeanne-Antoinette Poisson est parvenue au sommet de la hiérarchie, mais contrairement à la Maintenon, elle ne pourra jamais épouser le roi, et sa position sera toujours précaire. J’ai beaucoup aimé lire les relations plus que tendues qui existaient entre les enfants royaux et la Favorite, qui la soupçonnait du pire, et surtout d’écarter le Roi de la religion.

Ainsi, à travers les femmes de Louis XV, que ce soit celles avec lesquelles il couchera ou sa famille, nous découvrons un XVIIIème siècle pas si blanc, et surtout, nous voyons approcher de manière inéluctable la Révolution, dont les prémisses auraient pu se voir durant la Fronde du XVIIème siècle, mais dont les fondations se creusent surtout avec Louis XV.

Comme vous avez pu le constater, j’ai adoré ce livre, épais, très clair et parfaitement bien écrit, que j’ai dévoré en moins d’une semaine ! Pour celles qui aiment l’histoire, mais pas les grandes batailles, ce livre est fait pour vous. On y découvre toute la société de l’époque, on s’attache aux personnages et surtout, on comprend tellement de choses !

J’ai donc déjà commencé Marie Antoinette, l’insoumise, le dernier tome de la saga des Reines de France, commencée au temps des Valois.

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment