bridezilla

Mariage #1: des couacs épuisants durant les préparatifs

Les dernières semaines avant le mariage ont été assez épuisantes, tant physiquement, que psychologiquement : il est arrivé tellement de rebondissements que je me demande comment j’ai pu tenir sans craquer davantage. Cela m’a toutefois permis d’apprendre à mieux me connaitre, et de découvrir que j’étais finalement pleine de ressources.

cortègeLe cortège

Pour ce mariage, j’ai eu la chance d’avoir une dizaine d’enfants présents, et comme j’ai toujours aimé les grands cortèges d’enfants d’honneur (cf mon pinterest!), je me suis fait très plaisir. Après avoir finalement accepté très tardivement la présence de ma sœur, je me retrouvais avec 6 garçons, et 4 petites filles, de 2 à 10 ans. Après avoir écumé le net, j’étais tombé en admiration devant les modèles ultra classiques de Place Dauphine, mais le prix m’avait réfréné. Il faut dire que les tissus retenus étaient généralement de la plus belle qualité (souvent de la soie). Or, j’ai beau avoir (parfois) (rarement) des goûts classiques, la soie sauvage ne cadrait absolument pas avec un petit mariage champêtre. Sans parler du prix ! J’ai rapidement su ce que jeCortège voulais comme style : une robe bouffante, et des bermudas / chemises… le tout majoritairement rouge, pour contraster avec ma robe. J’ai fini par trouver une petite boutique dans le 17ème, Hariss et Harena, qui propose des créations de cortège (coton généralement) pour un prix acceptable : 60€ pour les filles, et 45€ pour les garçons (de mémoire). Sachant que l’on décide de tous les détails ensemble : le choix du tissu, des jupons ou non, de la couleur de la ceinture pour les garçons, des couleurs des boutons. On peut aussi faire faire le noeud pap’ ou la lavallière de Monsieur dans le même tissu que les enfants pour une meilleure harmonie. Oui, c’est rester dans du très classique, mais je ne peux rejeter totalement mon éducation ;-). Et puis, on évite la jacquette pour les hommes cette fois-ci, alors gardons tout de même quelques codes. Petit détail important: l’accueil est parfait! La vendeuse / gérante est adorable, très à l’écoute, et très compréhensive.

Car voici le premier couac. Je lui avais transmis les mesures de tous les enfants, et lorsque j’ai récupéré les tenues (début juillet), je me suis aperçue à ce moment qu’il manquait celle d’un garçon. Je l’ai appelé très rapidement pour lui en parler, confiante dans la solution du problème. Et j’avais raison de ne pas m’inquiéter : malgré la fermeture estivale, la tenue manquante a été prête dans les temps, et Hariss et Harena a eu l’immense gentillesse de ne pas me facturer cette tenue. Alors que l’erreur était mutuelle.

sono couacLa sono

Organiser un mariage petit budget implique de chercher à rationaliser tous les coûts au maximum. J’avais déjà prévu de ne pas avoir de DJ professionnel, car l’expérience des soirées dansantes pour mes anniversaires montrait que je maitrisais sans soucis la gestion des playlists à l’avance. Et comme cela s’était très bien passé ainsi pour mon premier mariage…

Coup de chance, une collège avec laquelle je m’entends très bien avait la possibilité de me prêter une sono professionnelle, avec les enceintes, l’ampli, les micros, les jeux de lumière… Un vrai bonheur, et une économie de près de 500€. Sauf qu’elle a été malgré elle à l’origine du deuxième couac important. Il se trouve qu’elle a développé un cancer important à l’intestin, et qu’elle avait déjà été arrêtée plusieurs semaines en mai / juin. Elle devait subir une importante opération le 14 septembre, et être arrêtée ensuite. Sauf qu’elle a rechuté plus tôt que prévu, et était absente dès la fin du mois d’août. Malgré cela, malgré son absence, elle m’assurait que la sono serait prête, et qu’on nous la livrerait le jeudi 3 septembre. Et finalement, on n’aura jamais eu sa sono. Finalement, des amis de mes beaux-parents pouvaient nous prêter une sono, mais qui nous lâchera pendant la cérémonie laïque !

photographeLe pire des couacs ? Le photographe

Afin d’être sure de la présence d’un très bon ami, brestois, je lui avais demandé d’être là en tant que photographe officiel. Je ne prenais pas trop de risques, je connaissais la qualité de ses photos, et même s’il n’avait jamais pris de photos pour un mariage, on s’entendait suffisamment bien pour que tout se passe bien. J’étais aussi certaine alors de ne pas tomber sur un photographe qui retoucherait trop les photos pour leur donner un côté vintage, en les éclaircissant de trop. Oui, il aurait traversé la France pour venir, mais il en avait tellement envie… Troisième couac : le jeudi 10 septembre, il m’appelle pour me dire qu’il est au fond du lit, avec 40° de fièvre. Impossible de prendre la route le lendemain. Comment puis-je alros trouver un-e photographe pro 2 jours avant le mariage ? Après une bonne crise de larmes, je reprends le dessus, et j’active mon réseau : je demande conseil à mon adorable couturière, et je lance une fusée de détresse sur le forum des laïciennes. Deux jours avant le mariage, j’ai quand même réussi à trouver une super photographe, Audrey Gruel, qui nous fera des photos magnifiques, pour un prix intéressant. Ce sera finalement un mal pour un bien, car les photos sont superbes !

Donc, pour récapituler, dix jours avant le mariage : je n’étais pas sure d’avoir mes chaussures dans les temps, je n’avais pas de sono, le photographe était malade 48h avant le jour J, la météo était très mauvaise pour le samedi alors que tout se passait dehors… Bref, j’étais stressée le samedi matin ! Et les couacs / rebondissements continueront le jour J !

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Comments

  • Justine 1 décembre 2015 at 12 h 04 min

    Ah là là, les trucs pas cool!!! Nous c’était le traiteur le gros souci : cinq jours avant on s’est rendus compte que c’était un escroc et qu’il s’était fait la malle avec notre argent, youpi. Et le jour J, le mec de la musique, dont la prestation a été offerte par Belle Maman car c’est un ami, que je ne voulais pas mais pour qui mon mari m’a dit qu’il était top, a fait de la merde, c’était vraiment pourri. Et il a perdu notre chanson d’ouverture de bal. Bref. Que seraient les mariages sans couacs?

    Reply
    • Elizabeth 1 décembre 2015 at 12 h 53 min

      Ah oui, je me souviens que tu m’avais parlé du problème de ton traiteur, et déjà à l’époque, je me demandais comment tu avais pu gérer ce stress. A ta place, j’en aurais pleuré. Quant à ton DJ, oser perdre la chanson de l’ouverture de bal, franchement, c’est d’un amateurisme impressionnant ! o_O

      Ta conclusion est parfaite: existe-t-il des mariages sans couacs ? 😉

      Reply
  • Mado 26 décembre 2015 at 2 h 49 min

    AH la la, dis donc, que de péripéties ! Bon, je continue ma lecture pour savoir comment ca s’est passé le jour J !

    Reply
    • Elizabeth 26 décembre 2015 at 12 h 20 min

      Oui, et encore, je n’ai pas parlé de tout… jusqu’à la témoin qui me laisse tomber 3 semaines avant le mariage

      Reply

Leave a Comment