motricité libre

De la naissance aux premiers pas (Michèle Forestier)

Avec la naissance de ma fille, j’ai repris la lecture, et de manière plutôt intensive, pour savoir où aller. Inconsciemment, j’appliquais déjà plusieurs principes proches de ce que l’on appelle maintenant l’éducation bienveillante, qui n’est finalement qu’une version encore modernisée de la vision de l’enfant de Catherine Dolto. J’étais donc plutôt maternante (mais avec un soupçon de culpabilité occidentale), adepte de la motricité libre, et d’une proximité affective avec elle. Puis, je suis tombée sur un groupe Facebook de conseils de lecture, et j’ai beaucoup, beaucoup appris. Mes premières lectures m’ont permis de confirmer mes intuitions, et de les renforcer.

Avec ce livre, j’inaugure donc une nouvelle thématique, avec mes coups de cœur ou mes déceptions, en livres adultes ou enfants.

 

Organisation du livre

Ce livre reprend les étapes physiques du développement moteur de l’enfant, en expliquant selon les principes de la motricité libre, comment l’accompagner pour lui permettre d’avoir confiance dans son corps. Ce principe, qui n’est finalement que l’application d’une liberté d’apprentissage de l’enfant, est le fil rouge de l’ouvrage. Après une présentation globale de l’évolution vers la marche, l’autrice présente chapitre par chapitre les étapes par lesquelles tous les bébés passent.

Les quatre derniers chapitres sont plus pratiques, en rappelant aux parents les avantages du respect de la motricité libre pour l’autonomie du bébé, ou s’attardent sur les éventuels problèmes qu’un bébé peut rencontrer. L’autrice, kinésithérapeute, a travaillé durant de longues années avec des enfants porteurs de handicaps qui auraient pu être atténués s’ils avaient été détectés plus tôt. Cela explique pourquoi elle insiste partout dans le livre sur les spécificités de certains enfants, et comment les aider.

(pour plus d’explications sur la motricité, cet article de Bougribouillons est super bien fait)
 
 

Ce que j’ai appris

Forestier motricité libreJ’ai trouvé ce livre presque un peu tard, quand Claude avait déjà 5 mois, mais il m’a permis de rattraper certaines erreurs. Voyant que ma fille tenait bien sa tête, je l’asseyais un peu trop facilement, et elle commençait déjà à moins aimer la position allongée. Or, en brûlant les étapes, je pouvais l’empêcher d’acquérir les bases pour lui permettre de mieux connaitre son corps. Je l’ai donc laissé de nouveau allongée, sur le dos, pour la laisser apprendre à passer seule sur le ventre, pour que ses muscles se forment et qu’elle puisse basculer d’une position à l’autre sans s’inquiéter.

A chaque étape, l’autrice présente, point par point, tout le cheminement que l’enfant fera pour rouler sur lui-même, ou se mettre à quatre pattes. Elle rappelle aussi systématiquement que l’on ne doit pas brusquer l’enfant, ou le mettre dans une position dont il ne sait pas sortir seul. Ce principe-là, toujours répété, est l’alpha et l’omega de la motricité libre : chaque bébé est le seul à savoir quand il peut changer de position. Partant de là, j’ai mieux observé ma fille, pour comprendre ses mouvements, et ce vers quoi elle tendait. A son impatience avant chaque étape majeure, je répondais en jouant avec elle pour l’aider soit à la maintenir dans la position pour lui apprendre à bien la maitriser, soit en la stimulant doucement pour aider ses muscles.

Ainsi, avant que Claude ne rampe, quand elle oscillait entre le dos ou le ventre, je me mettais à plat ventre avec elle, pour jouer à son niveau, et lui laisser ainsi la possibilité de découvrir tout ce qu’elle pouvait faire, comme regarder un livre que je tenais au-dessus de nos têtes. Lorsqu’elle a commencé à se mettre à quatre pattes, mais sans réussir à avancer, je me mettais dans la même positions, et elle apprenait à garder son équilibre ou à jouer avec une main. Quand elle a commencé à trottiner, je n’ai pas hésité à laisser mes jambes devant elle, pour lui permettre d’apprendre à franchir les étapes.

Ce livre m’a aussi évité plusieurs erreurs : de l’asseoir sans qu’elle ne sache le faire ; la relever en tirant sur ses bras lors des changes (mais la faire rouler sur le côté)… Toutefois, si j’avais lu ce livre plus tôt, j’aurais imposé le plat ventre une trentaine de secondes par jour dès ses premières semaines pour qu’elle s’approprie plus facilement cette position.

Il m’a aussi confirmé plusieurs intuitions : la laisser pieds nus autant que possible ; arrêter les robes depuis qu’elle est à 4 pattes ; limiter le transat pour lui laisser autant de liberté que possible ; continuer le portage hapto (càd avec une main sous les fesses) ; jouer avec ses jambes au moment du change…

 

En conclusion

J’ai tellement aimé ce livre que je l’ai longuement, très longuement emprunté à la bibliothèque, et il est devenu ma bible pour suivre l’évolution de ma fille, tout en respectant son rythme et les conseils de la motricité libre. J’y ai trouvé de très nombreux petits exercices à faire avec elle, non pour la sur-stimuler, mais pour profiter de ce qu’elle savait faire. Les photos et les dessins sont nombreux, et toujours utiles.

Pour reprendre les termes d’une amie psychomotricienne « un enfant dont aura respecté le rythme de sa motricité aura aussi confiance dans son corps qu’un enfant doué en orthographe, qui n’a jamais peur d’utiliser un mot plutôt qu’un autre, de crainte de ne pas savoir l’écrire« . Quand je vois la confiance de Claude dans ses déplacements verticaux, je sais que j’ai fait le bon choix.

Sans hésiter, ce sera mon prochain cadeau pour un premier-né 😉

 

Table des matières

  1. La construction de la motricité
  2. Phase statique : à plat au sol
  3. Phase dynamique : premiers déplacements
  4. Découverte de la verticalité
  5. L’escalade
  6. La marche
  7. Intérêt d’un bon développement
  8. Accompagnement de la motricité
  9. Difficultés transitoires
  10. Difficultés secondaires

 

Quelques extraits du livre, pour comprendre sa philosophie

Les déplacements

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment