Petits plaisirs littéraires

Hier, je suis allée chez mon psy, où nous avons beaucoup parlé de l’intelligence émotionnelle, qui complète l’intelligence rationnelle, sans laquelle je serais très bête ! Il se trouve qu’étant la seule littéraire de la famille, j’ai toujours été très complexée vis-à-vis de mes frères & sœur, ayant l’impression de ne pas être intelligente du tout (l’échec de ma dernière année universitaire n’a rien arrangé à ce niveau-là !), et je n’arrive pas à comprendre pourquoi mon père et mon psy ne cessent de me répéter que non, je suis très intelligente ! Et je crois que j’ai compris : je n’ai peut-être pas une très grande intelligence rationnelle (quoique…), mais en tous cas, je dois avoir une grande intelligence émotionnelle, qui me servira toute ma vie, et qui devrait m’aider à aller loin !

Donc, pour essayer de comprendre de quoi il en retourne, j’ai demandé à mon psy de me conseiller un peu de lecture : je suis allée à la FNAC, pour me ruiner en livres de poches ! Ca faisait longtemps que je n’avais pas acheté autant de livres, et rien que ça, ça m’a fait plaisir !!!!

Ce livre devrait m’aider à mieux me comprendre, en m’aidant à mieux écouter mes émotions, et mes intuitions.

Voici le résumé de la 4ème de couv’ : « Dans ce livre, Daniel Goleman, docteur en psychologie, remet en cause la conception traditionnelle de l’intelligence. En effet, celle-ci laisse complètement de côté les émotions qui régissent pour une grande partie le comportement humain. La constatation est pourtant simple, certaines personnes au quotient intellectuel très élevé vont échouer dans la vie, tandis que d’autres, modestement dotées à ce niveau réussissent haut la main. Dans un contexte professionnel et personnel, le concept d’intelligence émotionnelle permet d’expliquer ces « anomalies ». L’intelligence émotionnelle est basée sur la maîtrise de soi, sur la persévérance, sur le respect d’autrui et sur l’aisance sociale. Ces qualités aident à réussir tandis qu’une forme quelconque d’instabilité affective, des difficultés diverses avec les autres pèsent négativement sur le bon déroulement d’une carrière ou l’harmonieuse construction d’une vie familiale. De plus, avec l’intelligence émotionnelle, les choses ne sont pas figées parce que chacun peut appendre à comprendre, à maîtriser et surtout à utiliser ses émotions. »

Et la suite, pour le monde du travail : « Après le grand succès du premier tome, vendu à près de 40000 exemplaires en France, Daniel Goleman, revient sur son concept d’intelligence émotionnelle pour l’appliquer plus particulièrement au monde du travail. Il reprend le principe qui veut que la conception traditionnelle de l’intelligence laisse complètement de côté les émotions qui régissent pourtant le comportement humain. Ainsi, la réussite dépend moins du quotient intellectuel que de l’intelligence émotionnelle fondée sur la compréhension, la maîtrise et l’utilisation des émotions, qualités que chacun peut acquérir. Sous cet angle, l’auteur remet en cause la manière dont chacun conçoit une carrière mais aussi la façon dont une entreprise gère son potentiel humain. Au bout de trois ans d’enquête, passés à rencontrer les dirigeants de près de cinq cents entreprises ainsi que des cadres et des employés considérés comme des « stars » sur leur lieu de travail, il confirme que la réussite n’est pas liée aux diplômes, ni au QI, ni aux compétences techniques. La différence se fait au niveau de la conscience de soi, de la confiance en soi, du self control, de la motivation et de la capacité de chacun à communiquer et à influencer les autres. Ces aptitudes sont destinées à jouer un rôle croissant dans le monde du travail. De plus, les recherches en psychologie et en neurobiologie, prouvent que chacun est à même d’améliorer le contrôle de ses émotions. Il donne ici conseils et orientations pour apprendre à les cultiver et à les utiliser. »

Effectivement, en lisant le résumé, cela fait très américain comme raisonnement, mais pourquoi pas ? Leur culture n’est pas totalement à jeter, ils ont au moins l’avantage d’avoir davantage confiance en eux que les Français, où tout le système scolaire est fait pour dénigrer et dévaloriser l’élève !

Passons ensuite à des livres pas forcément moins futiles, mais comme je suis passionnée d’histoire, c’est plus facile à lire !

J’ai découvert Bertière à travers sa biographie de Mazarin, complexe certes, mais très agréable à lire, et cela m’a donné envie de lire ses autres livres. Une bloggeuse (dont j’ai malheureusement oublié le nom) a beaucoup aimé Marie-Antoinette, alors j’ai craqué !

Mais aussi pour celui-ci ! J’ai déjà lu son livre sur Marie de Médicis et Anne d’Autriche, et je l’avais dévoré ! Je pense qu’il sera tout aussi agréable à lire, et j’ai hâte de le dévorer !

Pareil pour celui-ci !!! 😉

Après tant de lectures sérieuses, soyons légèrement plus futile, avec un roman historique ! Le fait de lire l’envers du décor de la relation entre la Montespan et Louis XIV m’a beaucoup intrigué !

Mais bon, je ne lis pas que des trucs aussi sérieux !!! Avant de partir de la FNAC, j’ai tout de même lu la dernière BD des Schtroumpf !!! Il est pas mal, on retrouve tous les personnages habituels, mais ce qui m’a le plus amusé, c’est de comprendre (enfin) toutes les allusions aux humains !!

Et puis, j’achète régulièrement Marie-Claire, et je lis systématiquement Gala ou Public quand je suis chez le coiffeur !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment