Un colloque qui ne se passe pas spécialement bien

Ben, ça vous casse le moral !

En fait, j’aurais dû vous raconter mon colloque de lundi, mais je croule sous le boulot, et pour la première fois de ma vie, ça m’épuise! Faut dire que j’enchaine les longues journées (lundi, c’était 7h30 / 18h30), et qu’on n’arrête pas pour cause de clôture des budgets au 15 décembre : toutes les commandes doivent être validées, passées avant le 13. Je bosse tellement, que je n’ai même plus le temps de faire mes manucures au boulot ! C’est très caricatural, une secrétaire qui se fait les ongles, mais au final, c’est exactement comme si j’allais fumer (j’ai comparé avec ma binôme en la laissant fumer, pendant que je me faisais les ongles), et ça me détend vachement. Et pour continuer à être fatiguée, je suis seule cette semaine (génial ! oui oui, je suis contente d’être seule!), et je sors tous les soirs !! Et ce n’est pas trop ce WE que je vais pouvoir me reposer : avec la crémaillère samedi soir, faut ranger l’appart, préparer à bouffer et tout et tout! Et dimanche, on fait un jeu de piste au Louvre… Mais non, je ne me plains pas, je constate !!! 😀

Bref.

Lundi, j’avais un colloque à la MGEN, et autant le contenu était apparemment bien, autant le déroulé… Déjà, pour le préparer, j’ai dû passer par un prestataire qui s’occupait des hôtesses, des badges, du kakemono, du PC pour la diffusion des slides, et dans l’idéal, de la vérification avec la MGEN que tout se passait bien. La femme était odieuse, caricature de la bonne catholique quinqua du XVIIème arrondissement (on me la fait pas, je les connais par cœur ces femmes!), me méprisant limite ouvertement parce que je ne suis qu’une pauvre assistante ! Nous avons donc eu des échanges… froidement cordiaux pendant 3/4mois ! Lorsqu’on lui a envoyé la liste des participants, une semaine avant le colloque, elle a hurlé parce qu’il fallait lisser tous les noms, prénoms, organismes… Et fort heureusement pour moi, elle est tombée sur ma chargée de mission, qui fort gentiment, a accepté de tout lisser (alors que je pense que c’était à elle de le faire : on la payait suffisamment cher pour le peu de choses qu’elle avait à faire). Déjà, il faut savoir que la MGEN a un très bel amphi, de 250/300 places, mais qu’au-delà de 180 personnes, le traiteur ne peut plus servir, il faut mettre tout le monde à la cantine ! Ça commençait bien ! On a donc limité les inscriptions à 180 personnes. Le jour même, je découvre avec effroi que la transmission des horaires n’a pas été faite correctement : le service du café d’accueil était prévu pour 8h30, alors que ça devait être pour 8h!

Bref, je vais passer sur le reste de la journée, j’ai pas trop envie de me plaindre…

Sinon, ce qui était amusant, c’est que je suis tombée sur une amie d’amie, que j’avais déjà rencontré (mais aucun souvenir!) qui venait pour écouter !!! Le gag, c’est qu’il était prévu qu’on se revoit le lendemain soir, pour une raclette chez l’amie en question ! Le monde est petit !

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment