En vrac #11

en vrac

Reprenons cette habitude prise il y a quelques années, mais abandonnée pour des articles plus thématiques.

Au travail

formation

CSS html

Les jours passent et mon incertitude sur mon futur reste un beau flou artistique. Pour brusquer un peu les choses, j’ai candidaté auprès de Girls in web, pour participer à leur opération de mentorat, et à ma grande surprise, j’ai été prise. Je rencontre ma future mentore ce soir (20 juin), j’espère qu’elle pourra m’aider à mieux savoir où je peux aller, et à me donner éventuellement le coup de pieds dont j’ai besoin pour sortir de ma zone de confort. Sur cela, être fonctionnaire limite de beaucoup la prise de risque, puisque quoiqu’on fasse, on reste payée. J’ai tout de même réfléchi à cette éventuelle reconversion (qui me trotte vraiment beaucoup dans la tête), et pour que ce soit possible, ma seule solution reste dans la démission de la fonction publique, puisque je peux alors toucher quelques indemnités, qui m’aideraient à survivre pendant la formation, puisque je ne pourrai pas être payée. Cela reste risquée, mais moins que de n’avoir strictement aucun salaire pendant plusieurs mois.

Je suis toujours au chômage au bureau (payée à ne rien faire) car ma cheffe ne trouve pas le temps de me donner du travail, et mon futur chef lui me donne tout ce qu’il peut, mais pour l’instant, encore trop peu de choses. Selon les jours, je suis plus ou moins motivée pour me former, ou apprendre, mais reconnaissons-le, la motivation est de pire en pire. Je mets beaucoup d’espoirs sur une sorte de bilan de compétences que je suivrai en octobre… Je regarde parfois les offres de postes, mais j’ai l’impression d’être coincée : plus envie de faire de la communication, mais pas encore assez de compétences pour travailler dans le web technique.

Avec Claude

Claude devant lave-lingeLa vie se passe globalement très bien avec elle, on a l’immense chance d’avoir une fille qui sourit tout le temps, rigole beaucoup, ce qui compense largement son impatience. Elle aura passé de longs mois à essayer de ramper, sans succès. Finalement, en mai, tous ses progrès psychomoteurs se sont enchainés, pour qu’en un mois, elle arrive à : ramper, faire du quatre pattes, s’asseoir, se mettre debout. Maintenant, nous n’avons plus grand chose à faire pour l’aider, simplement lui apprendre à descendre correctement d’un meuble. Elle trotte partout, nous suit non stop, comme si nous avions un petit chien ! L’acclimatation avec Apollon reste toujours à améliorer, il ne l’apprécie guère ce que l’on peut comprendre avec le manque de délicatesse de Claude.

La DME se passe toujours aussi bien, elle arrive à attraper de tous petits morceaux (comme du maïs), je ne cherche donc plus trop à cuisiner uniquement pour elle, mais pour nous trois avec des plats qui restent faciles à attraper. Elle adore les sorbets faits à base de compotes, qu’elle suce dans de petits moules adaptés à elle (Nuby, super pratiques).

Les nuits restent compliquées : elle fait de micro-réveils plusieurs fois par nuit, et se réveille parfois entre 5h30 et 6h à cause des oiseaux qui chantent (la chaleur nous oblige à dormir fenêtre ouverte) : les journées peuvent être longues, très longues.

On a commencé la langue des signes avec Claude, seulement 4 signes pour l’instant, on en a identifié 2 autres, mais on n’a pas encore le reflexe de les faire à chaque fois. Et on songe à demander à la nourrice de lui chanter des comptines en arabe, pour qu’elle puisse bénéficier des avantages d’un petit bilinguisme. Toute langue supplémentaire est excellente pour le cerveau. Est-ce trop lui demander ? Je ne sais pas, mais si cela peut l’aider plus tard, tant mieux.

Tout se passe toujours aussi bien avec la nourrice de Claude, qui semble toujours contente de la voir, et la réciproque est vraie. C’est une telle chance, que cela freine aussi mes envies de déménagement. Je sais qu’il est (idéalement) trop tôt pour changer de personne référente pour ma fille, alors nous mettons nos recherches un peu de côté, mais il faudrait que je m’y remette pour trouver dans le coin. En cherchant mieux, je suis sure que nous pouvons arriver à trouver un appartement avec une pièce supplémentaire. Même en vendant le nôtre à perte (c’est vrai que ça me fait hésiter à racheter).

Et notre couple ?

On est toujours heureux d’être ensembles, Claude n’a pas eu trop de conséquences sur notre solidité, mais je n’arrive pas encore à laisser ma fille pour que nous puissions aller au restaurant en amoureux. Ça ne me manque pas, mais je sais que le mari a un peu de mal. On a un weekend smartbox à organiser, à voir si nous pourrons laisser Claude 24h chez quelqu’un. Nous arrivons toujours à discuter facilement, avec une complicité toujours aussi forte.

Pour notre fonctionnement avec Claude, nous nous sommes répartis les grandes thématiques: à moi la santé et les vêtements, au mari l’éducation scolaire (pas que les déposes, mais les futures réunions…). On pourrait croire qu’il est donc encore tranquille quelques années, mais finalement non. Nous aimerions mettre notre fille dans une école démocratique / Montessori, et M. Presque Parfait est donc chargé d’en trouver une, de se renseigner et de suivre les éventuelles réunions préparatoires. Nous suivons activement la création d’une future école dans notre « coin« , dont le principe me semble très bien, surtout qu’ils aimeraient avoir peu d’enfants, et avec un accès à un jardin, pour mieux connaitre la nature. Certes, tout cela aura un coût, important, mais nous avons tous les deux subis l’école, nous aimerions donc éviter cela à nos enfants.

A propos d’éducation. Je n’aurais jamais cru qu’être parent me ferait lire autant. Je cherche à m’éloigner de l’éducation rigide reçue, pour être davantage dans l’écoute, mais cela demande de changer certains reflex et je me retrouve à lire, lire… Et c’est passionnant !

Nos enfants. Je ne suis pas encore enceinte, mais l’idée me travaille déjà, et nous pensons essayer de faire le second enfant début 2018, pour une naissance en 2019, pour qu’ils / elles aient 2-3 ans d’écart.

Bref, à part le travail qui me pèse un peu, ma vie est chouette, et je savoure ces moments de bonheur quand ils arrivent.

Bon, en revanche, on est très en retard sur nos séries : on vient tout juste de terminer l’épisode 5 de Sense8 (je pleure son absence de suite)

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment